Une image, une histoire – 2

Mois d’aout 2010, en Inde, à Agra, la ville du majestueux Taj Mahal.

Vue du Taj Mahal depuis les toits terrasses de la ville, de nuit

Après 2 jours à le regarder sous toutes les coutures, depuis l’intérieur, depuis les terrasses des hôtels environnants nous décidons de reprendre la route, ou plutôt le rail.

Nous sommes à la gare d’Agra, cohue invraisemblable, entres les voyageurs, vendeurs, policiers, c’est une fourmilière vraiment intéressante à observer et photographier. Et ca tombe bien puisque notre train annonce un retard d’une durée « indéterminée » (toute ressemblance avec notre SNCF, etc….)
Pas grand chose à faire, donc le photographe que je suis se balade et fait des photos. J’entre dans une pièce, un bel escalier me montre une potentielle photo, que je fais. Erreur, un type sort de je ne sais où me pourrit en indien, appelle les flics, bref, je suis entré dans une pièce interdite au public, avec un appareil photo en plus, ils sont pas contents du tout. je m’excuse, montre que j ‘efface la photo, me réexcuse, puis encore une dernière fois (oui je suis très poli) et finalement je décide d’aller m’assoir dans un coin pour éviter un nouvel impair.

En sortant de la gare

La chance me sourit, je vois un vieil homme, un ascete indien. Très très maigre habillé de pas grand chose, visage très sec mangé par une grande barbe, ce monsieur a vraiment une « gueule ». Il s’approche de moi et me demande de le photographier. J’imagine que derrière il va y avoir une demande de compensation financière mais bon, après tout, pourquoi pas et je me dis qu’il y a une image sympa à faire.  Il est pas des plus souriants le gars, je fais donc plusieurs images. Il me demande évidemment quelque chose après. Je lui donne un peu d’argent qu’il refuse. Pas assez ? heuuuu… Je donne un peu plus, il refuse. Je ne comprends pas ce qu’il veut. Un indien, témoin de la scène vole à mon secours et m’explique que mon « ascète » veut la photo.

Ascète à la gare d’Agra – INDE

Ha ?

Heuuuu. Il a un email le monsieur ? Facebook peut être ? Non hein ? je me doute bien.

Je fais quoi ? il commence à s’agiter, je tente de lui expliquer que je ne peux lui donner l’image. Je lui explique que je peux l’effacer mais bon, mes histoires de cartes mémoire ou de photo sous forme de Mo, le laisse de marbre, forcément.

Moi qui voulait pas commettre de nouvel impair, j’ai raté mon coup. Les flics arrivent (re-bonjour messieurs :)), ne cherchent pas à comprendre et virent manu militari mon pauvre ascète avec une phrase qui devait vouloir dire « dégage et arrête d’ennuyer ce touriste !!! »

Inutile de préciser que j’étais très mal vis à vis de lui et que je me suis senti complètement responsable de cette situation pourrie.

Je décide donc de m’asseoir définitivement. L’ascète lui passera l’heure et demie avant l’arrivée du train à me roder autour et à montrer du doigt sa petite machette, avec un air hostile (l’air et la machette). Je ne me suis pas assoupi une seule seconde, je ne l’ai jamais perdu de vue un quart de seconde. Oui il y a des matins comme ça….

 

 

This Article has 3 Comments

  1. Marisa dit :

    La vie est faite de bons et mauvais moments, mais toujours de souvenirs… ton histoire donne du relief à tes images et c’est sympa !

  2. belles photos avec une belle histoire !!!

    l’aventure continue …. on a hâte !!!

  3. dis donc mon ami !
    tu ne me l’avais pas conté cette aventure, lors de notre dernière rencontre
    beau portrait d’un sadou, tu me ferais presque envie….
    continues mon Sébastien


Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.